UN SOLDAT, UN PATRIOTE. LEONID AZGALDYAN

Dans le Haut-Karabakh en 1991, un journaliste étranger a demandé au Commandant Leonid Azgaldyan “de quelle couleur etes vous ?, je veux dire de quel parti politique etes vous ?”…Leonid, à genoux, pris une poignée de terre entre ses mains et lui dit : “ICI C’EST MAL COULEUR !”.
Le 21 juin 1992, le Commandant Leonid Azgaldyan a été tué près du village de Tonashen dans la région de Mardakert. Dans une embuscade, Leonid s’est retrouvé coincé dans son véhicule. Son chauffeur, Pavlik TADEVOSYAN a réussi à sauter et à s’enfuir. Les circonstances de la mort de Léonid restent un mystère encore aujourd’hui. Beaucoup de ses camarades pensent qu’il a été vicime de “balles traitres”… Le Mouvement du Karabakh en 1988 a attiré des centaines de milliers d’arméniens sur la place de l’Opéra à Yerevan. Certains s’y rendaient pour lutter, d’autres pour écouter les discours.

A l’époque déjà Léonid avertissait ses amis que la lutte se transformerait en un conflit armé et que les gens devaient s’y preparer. Et c’est ce qu’il a fait : son appartement à été transformé en laboratoire d’essais ou lui et ses amis testaient differentes armes. Par la suite, il a réuni des personnes qui avaient les memes idées et ils ont commencé à étudier et à enseigner
à etre un soldat.

Léonid est né à Tiflis en 1942. Quelques temps plus tard sa famille a déménagé sur Yerevan. Il était physicien de formation, diplomé du Département de Physique de l’Université d’Etat de Yerevan et a travaillé dans diverses institutions scientifiques. Au début du Mouvement, il a été volontaire sur la ligne de front. A partir de FEVRIER 1990 il fut le Commandant d’une unité militaire appelée “l’armée de Libération”. Il a organisé la légitime defense d’un certain nombre de régions et a participé à la premiere bataille de la liberation.

En 1991, lui et ses amis ont fondé une organisation militaire : l’armée de l’indépendance”. Il y a servi comme Commandant en Chef jusqu’à la fin de sa vie. “Jusqu’à présent nos territoires ont été cédés à nos ennemis et l’esprit de resistance a murit dans notre esprit. Cela vient du fait que ceux qui composent notre nation, les intellectuels, les responsables politiques sont des faibles. Ils sont incapables de nous proteger. Et voici, en fait, l’avant poste de notre Nation : Getashen, Shahumyan, Artsakh, Zangezur…

“Ils sont directement menacés de destruction, et ce ne sont pas des paroles en l’air, c’est la vérité ! A tout moment, une petite unité, une force organisée pourrait attaquer, couper les routes et répéter 1915″… Voila ce qu’a dit Leonid dans une interview en Mars 1991.

Durant ces années, les groupements militaires Azeris soutenu par l’armée soviétique ont lancé des attaques sur les différents établissements arméniens en Artakh, et plus précisément dans la région de Shahumyan. Léonid a organisé alors la défences de ces établissements.

“Dans le processus de sélection qui a été organisé, ceux qui sont restés pour defendre leur terre ont véritablement compris que pas un seul centimètre de terre ne pourra etre rendu, cela fait partie de l’Arménie. Quels que soient les rapports, nationaux ou internationaux, c’est l’ARMENIE. Nul n’a le droit de vendre, d’échanger où de ceder ces terres. Rien ne peut justifier la cession de Shahumyan, Getashen et l’Artsakh” a t’il déclaré dans la meme interview…

Il n’existe pas un endroit en Artsakh où Léonid n’est pas connu. Il avait reçu une bourse du gouvernement, il a été décoré par le Peuple. Ses photos sont affichées dans toutes les écoles de l’Artsakh et les institutions de l’Etat.

“Nous créons des camps militaires éfficaces ici. Nous sélectionnons parmi nos garçons ceux qui sont doués et nous les formons selon un programme spécial, nous avont creé des groupes de commandos pour des missions spéciales.

Notre Armée est basée sur les idées de relèvement national, l’indépendance, l’accomplissement des aspirations Nationales” avait il déclaré. Il y avait plusieurs Arméniens de la diaspora dans son détachement, et Leonid trouva à ce fait une source d’inspiration. “Ce n’est pas par hasard si les arméniens réunis ici comprennent le sens de la nation et de la lutte.

La présence de jeunes hommes de la diaspora est une source importante d’inspiration d’un point de vue spirituel. Un gars qui vient ici attire d’autres gars et se rendent compte que leur travail n’est pas en vain, qu’il s’agit d’un cause Nationale, que nous sommes juste, et c’est la raison pour laquelle les arméniens de pays tres lointains se tiennent cote à cote avec nous et
qu’ils disent qu’ils sont ici pour lutter. “

En 1991, l’armée sovietique et l’armée Azeri sont les maitres de la situation dans la région de Shahumyan. Malgres tout, Leonid et ses camarades ont réussi à réaliser l’auto-defense des villages arméniens. L’Armée de Libération se distingue par rapport à d’autres détachements militaires pour sa discipline. Au cours de quatre ans et de dizaines de batailles, Leonid a perdu seulement 6 soldats. Il a formé ses soldats à etre pret pour chaque difficulté. Fumer et boire sont strictement interdit.

Il n’y avait aucun autre détachement de ce genre dans le Haut-Karabakh. Avant de combattre, il donnait toujours les memes ordres : “NE PAS TIRER SUR DES PERSONNES NON ARMEES, NE PAS TIRER SUR LES SOLDATS QUI FUIENT. LAISSEZ LES PARTIR”.

Il a donné cet ordre un jour à son groupe près du village de Aghdahan qui a été détruit. Le meme jour, les Azeris sont venus massacrer les habitants pacifiques du village de MARAGHA. Leonid et son unité se sont empressés d’y aller. L’ennemi à subi de lourdes pertes et se sont retirés, laissant derriere eux les villageois qu’ils avaient tué, des dizaines de cadavres mutilés,
des enfants, des femmes et des personnes agées… Leonid admirait la beauté naturelle de l’Artakh, il disait : “les arméniens ont perdu le sens de la beauté, s’ils l’avaient, il n’auraient jamais renoncé à cette terre, pour cette seule raison. Donner quelque chose d’aussi beau est
un crime ! “.

Son reve était de créer une armée nationale avec un puissant Etat Arménien derriere elle.

Mais l’armée etait en train de prendre forme lentement à ce moment la. Lorsque les journalistes l’ont rencontré pour la dernière fois, pres du corridor de Latchine, il a dit “ces victoires ne serviront à rien car il n’y a pas d’armée régulière derriere”…

Il ne pouvait se concilier à la cession de Shahumyan, à cette région et à certaines parties de Mardakert apres l’ouverture de la route de Latchine. Le fait que certains soldats avaient quitter la région le remplissait de rage. Il disait qu’ils devaient etre tous punis. Il envisageait de liberer Shahumyan avec ses soldats.

Son meilleur ami etait Vladimir Balayan. Il le considerait comme un expert militaire, comme son fils spirituel. Vladimir fut tué le 9 JUIN 1992 pendant la défense du village de Chailu dans la région de Mardakert. Ce jour la, les soldats de Leonid ont vu leur Commandant pleurer pour la premiere et derniere fois…

“Il a été tué, il a été rejoindre Les Dieux parce qu’ils avaient besoin de lui. Par consequent, nous devons defendre notre pays afin qu’il ne devienne pas un martyr. Il est une victime, pas un martyr” a t’il déclaré devant les personnes réunies pour les funerailles.

Apres l’enterrement de Vladimir, il n’a pas parlé pendant deux heures, il est resté la, tout simplement. Puis il fit un signe de croix et il dit “J’irai rejoindre Vladimir, la-bas, dans les cieux.” Douze jours plus tard, Leonid Azgaldyan a été tué.

Il disait : “LA NATION QUI PERD LE KARABAKH SERA COMPLETEMENT PERDUE”.